mardi 14 novembre 2017

Présentation de mes services professionnels

La firme Paquin Recherche et Associés inc. est une entreprise de recherche en commerce de détail du Québec, spécialisée en études de potentiel de marché et de localisation. Nos clients sont des chaînes de commerces de détails et des commerçants indépendants.

Paquin Recherche et associés a été fondée il y a 13 ans (en 2004) par monsieur Joël Paquin. Au cours des trente dernières années, monsieur Paquin a dirigé l'élaboration, la recherche et l'analyse de plus de 2 500 projets en études de potentiel de marché et de localisation.
Bien que notre travail pour nos clients soit en général privé et confidentiel, ce blogue vise à présenter et communiquer les différentes facettes de notre travail. Vous y trouverez différents articles portant sur la localisation, des observations sur le commerce de détail, ainsi que les articles de journaux qui me citent.

Pour télécharger un document PDF de présentation de nos services, cliquez ici !

Pour votre information, certains de mes bons clients ont écris des recommandations de mes services. Pour les lire, cliquez ici.

Pour rejoindre Paquin Recherche et Associés:
Joël Paquin, Président
Tél. 514 605 9005

Archives de mes bulletins d'information


Deux ou trois fois par an, je fais parvenir à mes clients un bulletin d'information sur le commerce de détail.
Pour faciliter votre archivage, voici les principaux bulletins d’information de Paquin Recherche depuis 2010.


Octobre 2015 Loblaws a annoncé (encore une fois, mais cette fois semble la bonne!) la fin de la bannière Loblaws au Québec - ces magasins seront convertis en magasins Provigo le Marché ou en Maxi.

Mais en même temps, Loblaws a plus discrètement annoncé la fermeture bientôt de sept magasins (six Loblaws et un Maxi et Cie), qui ne seront pas convertis.

Ce document PDF présente la liste de ces sites, certains sont très bien situés.

Il y aura probablement une servitude empêchant l'implantation de commerces alimentaires, mais sinon, ces sites devraient être disponibles pour d'autres usages.

La taille de ces bâtiments est de l'ordre de 60 000 à 80 000 pieds carrés, mais ils peuvent bien sûr êtres divisés.

Septembre 2014  et Novembre 2014 : ventes au détail 2013-2014 et actualités sur le commerce de détail :

Quelle est la part de marché des grandes surfaces étrangères au Québec?

Grands magasins : l'arrivée ratée de Target, les déboires de Sears, l'arrivée de Nordstrom au Canada.

Ouvertures récentes de supermarchés au Québec (Provigo le Marché de Sherbrooke, Adonis Ste-Catherine, réouverture du 5 Saisons Westmount, IGA Extra et Metro Plus de l'Assomption).

La coop de solidarité de Lac Édouard, un portrait.

Où en est Walmart au Québec?

Quoi de neuf dans les centres commerciaux du Québec (dont Place Viau, et Premium Outlets Mirabel)?

Qui bouge en quincaillerie au Québec?

Une étude en profondeur de la nouvelle orientation de Walmart sur les petits magasins - les Walmart Neighbourhood market, les Walmart Express et le test de station-service Walmart to Go. (mise à jour janvier 2016 : Walmart a annoncé cesser de poursuivre ces petits magasins - bonne nouvelle pour le commerce de détail!)

Les magasins Dollar Store aux États-Unis, un portrait sommaire.

Et choses intéressants vues dans des supermarchés aux États-Unis.


Mai 2013 : ventes au détail au Québec en 2012, par secteur de l'industrie du commerce de détail (les gagnants et les perdants de la croissance), et focus en pharmacie, quincaillerie, alimentation.

Ce bulletin présente aussi un résumé intéressant d'une étude de la Régie de l'Énergie du Québec sur les volumes à la pompe selon le type de région et le type de site (gasbar, avec ou sans dépanneur, avec ou sans lave-auto, etc.)

Et on termine avec un résumé de l'actualité en commerce: arrivée de Ethan Allen, liste des chaînes américaines présentes au Canada mais qui ne sont pas encore ouverte au Québec, la nouvelle section haut de gamme du Dix-30, la construction de la Place Viau et un retour sur les données du recensement de 2011 (l'abandon de l'aspect obligatoire du questionnaire long).

Février 2012 : quelques commentaires et observations sur les nouveaux chiffres de population du recensement de 2011, parus le jour même. 

(on y trouve : la population 2011 des provinces, des régions métropolitaines (100 000 personnes et plus) et des agglomérations de recensement (10 000 à 99 999 personnes) au Québec, liste des cent villes de plus de 10 000 personnes au Québec, et liste des villes de plus de 10 000 habitants ayant la plus forte croissance de population, et mes observations sur cette croissance de 2006 à 2011)
Juillet 2012 : visite du magasin Wal-Mart Supercenters de Mascouche lors de la semaine de l’ouverture, et mes commentaires pour ce qui est de la partie alimentaire du magasin
(ce bulletin est toutefois réservé à mes clients seulement!)
Juin 2011 : ventes au détail au Québec, 1er trimestre de 2011, données de construction résidentielle par ville du Québec de 2006 à 2011 – quels sont les marchés en croissance au Québec?
Février 2011 : ventes au détail au Québec en 2010, croissance prévue du commerce de détail en 2010, variation selon les différents secteurs du commerce de détail (qui est en croissance, qui est en décroissance).

Ce bulletin contient aussi mes commentaires sur l’arrivée prévue de Target au Canada, et des premiers Wal-Mart avec alimentation (Wal-Mart Supercenters) au Québec – impact sur les supermarchés concurrents, impact sur les ventes de non-alimentaire chez Wal-Mart; mes commentaires sur l’arrivée de nouvelles chaînes américaines au Québec, sur les centres de rénovation de grande surface Lowe’s au Québec.
Septembre 2010 : ventes au détail au Québec des deux premiers trimestres de 2010, la nouvelle classification chez Statistique Canada pour les ventes au détail, le fameux recensement long de Statistique Canada qui n’est plus obligatoire (le bulletin présente en détail les raisons qui font que je suis contre, car malgré ce qu’en disent les conservateurs, le recensement est un devoir de citoyen qui est très utile), et les nouveaux médias (les téléphones intelligents et leurs impacts sur le commerce de détail, l’impact de Facebook aussi).
Juin 2010 : ventes au détail au Québec en 2009 et du premier trimestre de 2010, retour sur la crise de 2009 sur le commerce de détail au Québec (un ralentissement, pas une crise!), pourquoi les ventes au détail doivent exclure l’essence!


ENTREVUES ET ARTICLES DANS LES MEDIAS

On me demande aussi assez souvent de commenter l'actualité sur le commerce de détail. 

Voici entre autres quelques articles intéressants où je suis cité: 


Un article intéressant sur l’importance de la localisation, par Marie-Eve Fournier, Les Affaires, février 2013

Une série de cinq articles pour la revue Quart de Rond de mes amis de l’AQMAT, sur la localisation des quincailleries au Québec, parus en 2013. Au départ, ce devait être 5 articles, mais un des articles a plutôt été fusionné dans un article d'actualité (lors de l'ouverture des premiers Target). 

Évidemment, cela parle beaucoup de quincaillerie (menaces qui guettent les quincailliers - les plus petits magasins de Rona et de Canadian Tire, Internet, Lowes, Target, l'endettement des ménages, etc.), mais je présente aussi à la fin certains éléments importants à propos de l'analyse de site d'un commerce (êtes-vous toujours sur un bon site? Est-ce que le marché a changé depuis notre ouverture? Les concurrents ont ils un meilleur site que vous? Votre marché est-il saturé?) et aussi certains points sur les études de potentiel de marché et de localisation, qui devrait intéresser tous les détaillants.

lundi 13 novembre 2017

Fermeture de Sears Canada

Nouvelle importante en commerce : fermeture de Sears Canada!

Ceux qui me connaissent savent que je le dis depuis longtemps, Sears était sur le respirateur artificiel depuis pas loin de 20 ans. En effet, la compagnie ne cessait d'annoncer des same store sales négatives à chaque trimestre depuis que je suis analyste en commerce de détail, soit depuis 30 ans!

Suite à l'arrivée de Walmart au milieu des années 90', la baisse s'est accentuée : baisse du niveau de service, baisse de la qualité des magasins qui étaient devenus un fouillis, c'était assez attendu que Sears allait fermer (ou être racheté et transformé, bref ça ne pouvait pas continuer encore longtemps comme ça).

La surprise pour moi est que cette agonie a finalement duré beaucoup plus longtemps que prévu.

Certains cités dans les médias font un parallèle avec Target et disent que les propriétaires de centres commerciaux vont avoir des problèmes suite à la fermeture de Target en 2015. Juste une mise à jour pour votre information : plus de 80 % des 26 locaux de Target au Québec sont maintenant occupés (par des Walmart, Winners, Old Navy, Meubles Surplus RD, Sportium, Avril, Adonis, Canadian Tire, Urban Planet, Simons, Super-C, Réno-Dépôt, Ardenne, etc.).

En général, la fermeture de Target ne s'est donc passé pas trop mal! Ne croyez donc pas ce que certains experts qui sont cités par les médias disent, car il y a encore des commerces qui se développent et qui sont en expansion!

Toutefois, l'absorption des locaux de Sears sera probablement plus longue que celle de Target, car elle suit la fermeture de Target de 2 ans, et Sears compte plus de magasins au Québec que Target en avait (26 grands magasins, comme Target, mais avec en plus les Sears Decor).

Je considère toutefois que certains des sites sont très intéressants pour des commerces normalement implantés en freestanding, car ces magasins Sears se trouvaient souvent au bout d'un centre commercial, avec de nombreuses places de stationnements autour du magasin.

Par contre, il ne faut pas oublier que certains magasins Sears avaient deux étages. Il sera probablement possible de diviser et de ne louer qu'un étage seulement.

Pour votre information, le tableau suivant présente la liste des grands magasins Sears au Québec :

Grands magasins Sears







































Sears Decor (certains sont déjà fermés - entre autres Laval, Québec, St-Bruno, Ste-Foy):

·         Anjou Montréal 6875 Jean-Talon St E, Montréal (Anjou), QC H1S 1N2
·         Boisbriand 2300 Boul du Faubourg, Boisbriand, QC J7H 1S3
·         Brossard 8505 Boul Taschereau, Brossard, QC J4Y 1A4
·         Sherbrooke 3350 Portland Blvd, Sherbrooke, QC J1L 2A6
·         Lachenaie Terrebonne 830 Montée des Pionniers, Terrebonne, QC J6V 1N9
·         LaSalle Montréal 7101 Boulevard Newman, Montréal (LaSalle), QC H8N 1X1
·         Laval 690 Boul le Corbusier, Laval, QC H7N 6J5
·         Québec 1700 Rue Bouvier, Québec, QC G2K 1N8
·         Pointe-Claire 2365 Rte Transcanadienne, Pointe-Claire, QC H9R 5Z5
·         Saint-Bruno-de-Montarville 1155 des Promenades, Saint-Bruno-de-Montarville, QC J3V 6J6
·         Sainte-Foy 1430 Av Jules Verne, Québec (Sainte-Foy), QC G2G 2V6
·         Trois-Rivières  2950 Boul des Récollets, Trois-Rivières, QC G9A 6J2


Je crois que certains de ces sites ont une visibilité exceptionnelle, et un achalandage autour très importants.

Sears occupait des sites dans les plus importants centres commerciaux de la province. Ces sites ont souvent un vaste rayonnement sur les régions autour.

Je suis disponible pour une évaluation de ces sites, à votre convenance, soit une analyse de localisation, du potentiel de marché autour et de la concurrence autour.


vendredi 30 janvier 2015

Et c'est la fin pour Target Canada! (article pour l'AQMAT de Janvier 2015)


Voilà, Target abandonne l'exploitation d'une chaine au Canada, après moins de 2 ans d'ouverture. Fermeture annoncée de 133 magasins à rayons de 100 000 pieds carrés! 

La compagnie fondait beaucoup d'espoirs sur la période de Noël 2014, mais les ventes n'étaient finalement pas au rendez-vous. En fait, les ventes comparables en 2014 étaient même en baisse! Mais c'était à prévoir et cet échec majeur dans l'histoire du commerce de détail s'explique par plusieurs raisons :

L'arrivée de Target était complètement ratée! Suite à un brillant blitz marketing dans l'année avant l'ouverture des magasins, qui avait réussi à piquer la curiosité des consommateurs, Target a finalement ouvert en grande pompe des magasins très mal approvisionnés, et les consommateurs sont allés voir des magasins qui avaient l'air vides. Je suis allé voir plusieurs magasins à l'ouverture, et c'était navrant. Des tablettes peu remplies (donc aucune impression d'abondance comme chez Walmart), et des départements complets qui n'étaient pas prêts. Les bouts d'îlots me laissent particulièrement perplexe : ils avaient souvent l'air vide ou étaient généralement très peu vendeurs.

On a dit qu'on a peut-être ouvert trop de magasins à la fois, au lieu de tester sur quelques-uns pour régler les problèmes. Mais souvenons nous que c'est pourtant ce que Walmart avait fait quand ils ont acheté Woolco: 120 magasins convertis en moins d'un an. La conversion de magasin et surtout l'exécution de la logistique derrière était dans ce cas nettement meilleure, on en convient...

Mais surtout, étant donné que Target est aussi un discompteur, on y trouvait finalement très peu d'affichage renforçant l'image de prix du magasin, comme le martèle si bien Walmart. La perception des prix était que Target était plus cher que Walmart.

Pour certaines régions canadiennes près des frontières, il semble que plusieurs consommateurs se plaignaient des prix chez Target Canada en comparaison avec Target États-Unis, mais je ne crois pas que ce phénomène était significatif au Québec.

Le pire? En deux ans, l'entreprise n'a pu se renouveler ni corriger ses lacunes. Je suis sûr que ce cas sera étudié de longues années dans les écoles d’administration! Quel gâchis! Plus de 5 milliards de dollars perdus! Cette décision de fermer tous les magasins devait être difficile à prendre, mais les actionnaires et analystes américains le demandaient haut et fort depuis le dernier trimestre...

Les résultats étaient en effet désolants: les magasins de Target au Canada réalisaient moins de la moitié des ventes de ceux aux États-Unis. La compagnie américaine Wolfe Research estimait les ventes par pied carré de Target au Canada à un faible 140 $ (à peu près comme Zellers!), alors que le point mort était de l'ordre de 250 $. La chaîne perdait 3 millions $ par jour! L'écart était trop difficile à combler et la compagnie a finalement pris la décision qu'on connaît.

Est-ce que Target a manqué de patience? Mais pas du tout! On ne peut absolument pas comparer Walmart en 1996 (suite à l'achat de Woolco en 1994), et Target en 2015 car la chaîne Walmart à son deuxième anniversaire au Canada n'avait pas cette forte image très négative dont Target aurait eu beaucoup de mal à améliorer... Et je suis sûr que les ventes comparables de Walmart étaient alors en forte hausse de trimestre en trimestre, alors que celles de Target en 2014 étaient en baisse!

Résultat, 26 magasins Target au Québec, d'une taille moyenne de l'ordre de 103 000 pieds carrés, vont fermer leurs portes. C'est énorme, imaginez, le total au Québec est de près de 2,7 millions de pieds carrés!

Liste des 26 magasins Target au Québec:

15 dans la région de Montréal: Anjou, Boisbriand (Faubourg), Brossard (Portobello), mégacentre Candiac (bâti à neuf, ouvert été 2014), Angrignon, Galeries Laval, mégacentre Laval Ste-Dorothée, Place Longueuil, Alexis Nihon, Versailles, Pointe-Claire, St-Eustache, St-Jérôme (Carrefour du Nord), St-Bruno, St-Laurent (Place Vertu)

7 dans les autres régions métropolitaines: Galeries de Gatineau, Lévis (Galeries Chagnon),  Québec (Fleur de Lys, Galeries de la Capitale, Place Laurier), Sherbrooke (Carrefour de l'Estrie), Trois-Rivières

4 hors régions métropolitaines: Galeries de Joliette, Rimouski, St-Georges-de-Beauce, St-Jean-sur-Richelieu

Que va t'il arriver au locaux de Target? J'entrevois deux scénarios de redéveloppement. Le premier est que Walmart reprenne certains sites, pour augmenter sa présence dans certaines régions, ou pour auto cannibaliser un magasin existant dont le volume est très élevé. Canadian Tire ne laisserait pas tous ces sites à Walmart et pourrait aussi utiliser certains des locaux dans les régions où ils voudraient agrandir (comme à Beloeil, où Canadian Tire a repris le site d'un magasin Zellers que Target ne voulait pas). À part une exception (ex: Costco), je ne vois toutefois pas d'autres grandes surfaces reprendre plusieurs de ces locaux.

Les grands magasins Nordstrom débutent leur implantation au Canada et ils auraient pu reprendre certains locaux très bien situés au Québec (Galeries d'Anjou, Place Laurier, etc.) mais je ne crois pas qu'ils en sont là dans leur développement au Canada, qui s'annonce plutôt prudent.

Ensuite, les propriétaires des centres commerciaux pourront convertir en mail et subdiviser les locaux de Target pour des boutiques, ou soit pour accueillir  des moyennes surfaces (20 000 à 40 000 p2), ou une combinaison des deux. C'est une grande opportunité principalement pour le secteur du vêtement (H&M, Zara, Marshall, Forever 21, ...), mais aussi pour d'autres détaillants qui cherchent des locaux plus grands dans les centres commerciaux (articles de sport, par exemple). On doit noter qu'il s'agit souvent de détaillants étrangers. Aussi, les supermarchés en alimentation pourrait aussi combler ne partie certains de ces sites.

Si on regarde les magasins laissés vacants par Target, le tiers des sites se trouvent dans des centres très performants (ex: Galeries d'Anjou, Galeries de la Capitale, Place Laurier, Carrefour de l'Estrie, ...) et il sera je crois facile de trouver des remplaçants rapidement. On sait que ces centres ont souvent de longues listes d'attente de commerces qui jouent des coudes pour y entrer.    

Le tiers des sites Target sont dans des centres assez performants (ex: Galeries de Gatineau, Galeries de  Joliette, Angrignon, ...) ou de bons sites dans un mégacentre (Candiac ou Ste-Dorothée) et il sera assez facile de trouver des remplaçants. Il y aura bien sûr une période de vacance, mais ces locaux devraient avoir trouvé preneur assez rapidement pour la plupart d'entre eux?

Enfin, reste environ le tiers des sites Target se trouvent dans des centres commerciaux âgés,  qui étaient en phase de déclin / stagnant quand Zellers était là, et où Target représentait l'espoir de relance du centre commercial. Dans ces cas, il sera alors nettement plus difficile de trouver preneur...

Pour ce qui est de notre industrie, la quincaillerie, la fermeture de Target aura autant d'effet positif que l'ouverture des magasins avait eu d'effet négatif sur nos magasins, soit à peu près aucun! Dans un magasin de 100 000 pieds carrés, on n'y trouvait qu'une petite section de quincaillerie en dépannage (peut-être 25 pieds linéaires au sol)? Ainsi, la fermeture des magasins aura peu d'effet sur notre industrie. Enfin, les sites de Target sont généralement d'intérêt mitigé pour un centre de rénovation, et, sauf exceptions, il serait donc surprenant d'y voir un concurrent s'implanter. Comme le nombre de magasins Walmart et Canadian Tire risque toutefois d'augmenter, une hausse de l'effet de ces concurrents indirects est à prévoir.


lundi 1 octobre 2012

Restauration sur rue, pour ou contre?

La ville de Montréal envisage de modifier son règlement qui empêche la restauration sur la rue. Enfin! Car comme vous tous, j’ai souvent bien apprécié ces commerces de bord de rue lors de mes voyages (que je sois consommateur ou non d’ailleurs!). Pourquoi? Ces chariots attirent des gens dans la rue.

Donc je suis aussi plutôt pour à Montréal (et ailleurs au Québec bien sûr!), car ce phénomène ajoute de l’animation sur la rue (et de bonnes odeurs!), ce qui est toujours la bonne chose à faire sur une artère commerciale.

Mais cela devrait bien sûr être encadré (avec permis et réservation de coins de rue) pour éviter le “n’importe quoi” et l’improvisation, et aussi en limiter le nombre (ce qui permet aussi d’y y aller progressivement et tester les effets sur les restaurants existants).

Ou à Montréal? Sur la rue Ste-Catherine, bien sûr, mais aussi sur la Place Jacques-Cartier, McGill, St-Denis, Parc, Mont-Royal et St-Laurent peut-être aussi? Et les places de festival qui le font déjà.

Les rues haut de gamme comme Sherbrooke ou Laurier? Si j’étais urbaniste, je ne suis pas sûr que je le permette, car cela nuirait à l’image des autres commerces plus haut de gamme. Je concentrerais ces chariots dans les endroits plus « populaires » seulement (ce n’est pas dit péjorativement!).

Ce n’est pas possible partout non plus: il faut considérer la largeur des trottoirs pour ne pas faire d’embouteillage et forcer parfois les gens à marcher dans la rue, ce qui pourrait être dangereux. Donc Ste-Catherine, près de St-Laurent, serait peut-être difficile, à moins d’empiéter sur le bord des petits parcs ou des places publiques.

On me dit qu’à Ottawa, on en retrouve aussi sur le campus de l'Université, et que cela fonctionne bien.

Aussi, ce sera très saisonnier selon moi: il y aurait sûrement pas mal moins d’intérêt pour un hot dog (même un très bon!) sur la rue à Montréal en novembre pluvieux ou en février glacial! Mais par contre, pour un bon café ou un chocolat chaud alors, pourquoi pas ?


Et pourquoi pas le retour de temps en temps de la fameuse baraque à poutine au foie gras du restaurant Pied de Cochon? Pour vrai, une tendance intéressante de ces établissements mobiles aux États-Unis vise plutôt le moyen haut de gamme et certains chefs renommés s’investissent à fond dans ces projets mobiles.
Beaucoup d’innovations viennent de là, et aussi certains des restaurants mobiles les plus populaires deviennent de vrais restaurants qui louent un espace dans un vrai local.

On pourrait d’ailleurs aussi voir ces chariots/camions pour faire la promotion / test de nouveau produit.

Les effets sur la restauration existante? Ces établissements mobiles sont en général dans le créneau des fast food, et on voit bien que les fast food avec pignon sur rue sont souvent bien remplis pleins de clients sur Ste-Catherine… donc il y aura, je crois, assez peu d’impact si c’est bien contrôlé en nombre.

Au final? Impact assez peu élevé sur les restaurants existants (avec les conditions que j’ai mentionnées), et impact plaisir / animation ajouté pour la ville!




 
(Muvbox, dans le Vieux Port à Montréal)
 
 

(Korilla (BBQ Koréen), un camion mobile bien connu à New-York.
Ils ont même un
site Internet qui donne la localisation du camion en temps réel,
car le camion change d'endroit à chaque jour !)
 

dimanche 29 juillet 2012

Zellers fermera ses magasins en mars 2013


Bon, pas de surprise ici, c’était tout de même à prévoir !
Target a acheté 189 magasins Zellers au Canada, sur environ 250 magasins au total. C’est bien évident que Target a acheté les magasins Zellers qui avaient selon eux le plus de potentiel (les plus grands et / ou les plus performants, et ceux qui étaient finalement dans des sites ayant les plus de potentiel de développement).

Et les magasins Zellers qui restaient étaient les plus petits, les moins performants, et souvent dans les petits marchés – Magog, Granby, Alma, Valleyfield, Rivière du Loup, Victoriaville, Drummondville, Val d’Or, Chibougamau, et Jonquière.


On note que certains sont dans la grande région de Montréal : Châteauguay (surprenant que ce magasin ne soit pas pris par Target ou Wal-Mart), Terrebonne, St-Jérôme (St-Antoine), Montréal-Nord.


Ces magasins Zellers restants étaient souvent dans des marchés où Wal-Mart avait implanté un magasin plus grand et mieux situé.


Je ne sais pas pourquoi, mais je constate que malheureusement Target n’a pris aucun magasin Zellers au Saguenay Lac-St-Jean  (Alma, Jonquière, Chicoutimi) ?


Avec seulement 65 magasins de cette qualité au Canada, c’est bien évident que la chaîne Zellers n’avait plus d’avenir. Maintenir ces magasins aurait difficilement été rentable, et ces magasins étaient en plus dans des marchés plutôt éloignés les uns des autres.


Et bon, devant la concurrence de Wal-Mart et Target, Zellers n’avait plus aucune chance dans ces conditions !


Bien dommage, mais la marque Zellers avait été laissé au quasi abandon, car ces magasins étaient souvent vieillots, mal éclairés et approvisionnés. Avec les années, Zellers s’était simplement écrasé devant Wal-Mart.


Qu’est-ce que HBC va faire avec ces sites ? On mentionne la possibilité de convertir certains de ces sites en La Baie ou en Déco-Découvertes (la chaîne d’articles de maison de HBC), mais je n’y crois peu en ce qui a trait aux sites du Québec – peu sont appropriés pour accueillir un magasin La Baie ou Déco-Découvertes.


Il y a aussi la possibilité qu’une petite poignée deviennent des centres de liquidation HBC, mais soyons clairs, la presque totalité des 15 Zellers restants au Québec seront simplement fermés.


Mais pour d’autres, cette fermeture devient une opportunité et ces sites seront sûrement analysés prochainement par les chaînes d’alimentation (Maxi et Super C surtout), les quincailleries, les Tigre Géants, etc.



Pour votre information, j’étais aussi interviewé vendredi à la chaîne Argent à ce sujet, voici le lien !

mardi 27 mars 2012

Combattre l’insécurité alimentaire

Voici un mandat qui me tient beaucoup à coeur, un mandat "social", très différent de l’étude de marché « traditionnelle » pour un commerce de détail !
En janvier 2011, l’organisme Vivre Saint-Michel en Santé (VSMS) a mandaté la firme de conseil Paquin Recherche et Associés pour effectuer une étude des besoins en alimentation de la population du quartier Saint-Michel de Montréal, un quartier fortement défavorisé.
Les objectifs principaux de cette étude étaient :
-       de formuler un diagnostic sur l’insécurité alimentaire dans le quartier (ne pas avoir assez d’argent pour obtenir une nourriture saine et variée);
-       de formuler un diagnostic sur l’accès alimentaire dans le quartier (habiter loin d’un supermarché – délimitation des déserts alimentaires);
-       d’évaluer diverses formules de lieux d’approvisionnement pour améliorer ces deux problématiques au Canada, mais aussi ailleurs dans le monde; et
-       de proposer la formule de lieu d’approvisionnement, ou la combinaison de formules, les plus appropriées pour le quartier Saint-Michel.

Nous avons proposé un magasin solidaire pour aider à financer des bas prix en alimentation pour la population en insécurité alimentaire.
L’objectif de ce magasin est de procurer une alimentation stable à très bas prix pour la population qui n’arrive pas à joindre les deux bouts.
On cherche l'autonomie et la dignité des personnes en insécurité alimentaire : aide à la prise en main, information sur la nutrition et l'équilibre alimentaire pour des budgets réduits.

Un sondage réalisé pour VSMS à l’été 2011 montre les faits suivants :
       Spontanément, 76 % de la clientèle défavorisée cible a dit s’inquiéter d’un manque d’argent provoquant une privation de nourriture.

       Et cela arrive souvent : 8 % tous les jours, 17 % plusieurs fois par semaine, et 40 % plusieurs fois par mois (soit 65 % de la clientèle cible, une proportion très élevée).

       Pour ce qui est du projet : 9 personnes cibles sur 10 (soit 88 %) sont « très » ou « assez » intéressés par le projet de magasin communautaire à bas prix.

       Un peu moins de la moitié (47 %) des répondants disent qu’ils fréquenteraient ce magasin « à tous les jours » ou « plusieurs fois par semaine ».
Le 1er février dernier, une conférence de sensibilisation des intervenants locaux a été organisée par VSMS pour démarer ce projet, et j’y étais invité comme conférencier.
Les articles suivants sont tirés des journaux locaux : cliquez ici.